Fêtes des saisons

En 1985 je vivais dans un petit village montagnard de Provence. J’étais alors le boulanger de ce village. Dans le secret de ma boulangerie pendant que ma pâte levait au milieu de la nuit, que le four chauffait, j’imaginais des fêtes inspirées des anciennes fêtes calendaires que l’on appelle pageant en anglais, kolendys en Pologne, des fêtes où un village devient théâtre éphémère d’ un temps fort de la Nature. Mon choix se porta sur le passage des saisons, équinoxes et solstices. En réalités ces fêtes étaient à peine préparées, à peine quelques jours, quelques heures, aucune réunion préalable mais plutôt une «  conspiration », un jaillissement et une journée enfin où acteurs et public n’étaient guère distincts. On pourrait dire, un souffle éphémère qui passait sur le village au milieu des travaux, des occupations quotidiennes…sans laisser de traces.Pas de publicité non plus. Juste un rendez-vous et derrière, un Magister Ludi invisible, le boulanger du village….Mais dans les mémoires s’inscrivirent alors l’émerveillement , les couleurs, l’enchantement de ces passages d’une saison à l’autre si bien que plus de vingt ans plus tard le même village me demanda de rallumer la flamme.

Fêtes des saisons du village d’Eourres mises en scène par François Monnet. 1984 – 2006.

Publicités