Le Voyage Mythologique

Theatre-v-myth

Sur les traces d’Ulysse et de ses bateaux, à travers temples helléniques et caravansérails ottomans, vieille églises grecques abandonnées et places publiques, le Voyage Mythologique a rassemblé 30 artistes turcs et européens arrivés d’Italie, de Scandinavie, de France, de Hongrie, de Pologne, de Bielo Russie, d’Angleterre, d’Autriche pour une rencontre et une odyssée dont l’un des buts et non le moindre était de ré-écrire l’histoire entre Turquie et Grèce, et d’écrire et de jouer un Mythe de l’Europe depuis Homère jusqu’au Kalévala finlandais à travers nos expériences partagées de théâtre, de musique, et de danse.

Projet réalisé avec l’aide de fonds européens.

Caravanserail-editTemple2-editEklisia-editBerrak-editWeddingConque-editMurat-editSoren-editPerformance-editOliflute-editGroupe-chant-editEnding-edit

Publicités

Le Printemps des Hautes Terres

Extension du Théâtre des Fêtes et des créations nées des Voyages de Pan, nous avons en 1993 lancé le premier festival des Hautes Terres à travers 18 communes montagnardes des départements d’Ardèche et de Haute-Loire. La première édition «  Les journées de Russie » fut un succès bien que contre vents et marées et malgré les conseils prudents qui nous étaient donnés de faire un festival estival, nous étions alors détermines à faire ce festival de 18 jours, itinérant, sur les routes encore à moitié enneigées du mois d’avril, ceci pour que cette grande fête de théâtre, de musique, et de danse rassemble avant tout les habitants de ces hauts-plateaux et vallées qui l’été seraient indisponibles, engagés dans les travaux des champs.
Le festival dont j’ai laissé la direction après 3 ans a continué de fleurir chaque année à la sortie de l’hiver pendant encore 17 ans.

Fêtes des saisons

En 1985 je vivais dans un petit village montagnard de Provence. J’étais alors le boulanger de ce village. Dans le secret de ma boulangerie pendant que ma pâte levait au milieu de la nuit, que le four chauffait, j’imaginais des fêtes inspirées des anciennes fêtes calendaires que l’on appelle pageant en anglais, kolendys en Pologne, des fêtes où un village devient théâtre éphémère d’ un temps fort de la Nature. Mon choix se porta sur le passage des saisons, équinoxes et solstices. En réalités ces fêtes étaient à peine préparées, à peine quelques jours, quelques heures, aucune réunion préalable mais plutôt une «  conspiration », un jaillissement et une journée enfin où acteurs et public n’étaient guère distincts. On pourrait dire, un souffle éphémère qui passait sur le village au milieu des travaux, des occupations quotidiennes…sans laisser de traces.Pas de publicité non plus. Juste un rendez-vous et derrière, un Magister Ludi invisible, le boulanger du village….Mais dans les mémoires s’inscrivirent alors l’émerveillement , les couleurs, l’enchantement de ces passages d’une saison à l’autre si bien que plus de vingt ans plus tard le même village me demanda de rallumer la flamme.

Fêtes des saisons du village d’Eourres mises en scène par François Monnet. 1984 – 2006.